Un militant du MRC de circonscription de Douala 5ème est refugié à Yaoundé

Un militant du MRC de circonscription de Douala 5ème est refugié à Yaoundé

Monsieur Ngassa Jean Jacques a abandonné sa famille à Douala pour se refugier à Yaoundé depuis plusieurs mois.

Monsieur Ngassa Jean Jacques est membre de l’Organisation Camerounaise pour la Défense des Droits de l’Homme, des Libertés et du Bien-être (ACADEHLIB) et militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) du Professeur Maurice Kamto. Très populaire dans sa circonscription de Douala 5ème , il a été chargé dans un premier temps, sous la coordination de Monsieur Zanda Romain le chef d’équipe, de l’installation des entités de base de leur parti et dans un second temps, de l’organisation  des opérations de recrutement massif de nouveaux militants en optant pour une le « porte à porte » dans les quartiers Makepè, Missoke, Ndongbong, Bépanda Yonyon, boulangerie de la paix, Maképè Saint Tropez.

Les faits

Le 06 janvier 2019, alors qu’il était en réunion familiale, Monsieur Ngassa Jean Jacques reçoit un appel au numéro masqué à 19 heures 35 minutes. L’inconnu qui l’appelle lui intime l’ordre de se désolidariser de ses camarades du parti car dit-il, ils sont au courant de tout ce qu’ils sont en train de tramer. Le lendemain 07 janvier 2019, quand il se rend chez son chef d’équipe Monsieur Zanda Romain lui faire part de ce qu’il a vécu la veille, à sa grande surprise, Monsieur Zanda lui déclare qu’il a lui aussi reçu un appel semblable la veille, ainsi que plusieurs de leurs militants. Néanmoins Monsieur NGASSA Jean Jacques continuera à accomplir la mission à lui confiée par son parti le MRC, ainsi que ses activités personnelles en faisant sienne cette citation de Martin Luther King : « La véritable grandeur d’un homme ne se mesure pas à des moments où il est à son aise, mais lorsqu’il traverse une période de controverses et de défis. »

Du 18 au 21 janvier 2019, les appels masqués se multiplient et les menaces plus récurrentes, y comprises les menaces de mort. Néanmoins, il réduit ses apparitions au siège de son parti dans le 5ème arrondissement de la ville de Douala, conscient qu’il est épié et même filé. Le 26 janvier 2019, jour de la grande marche pacifique annoncée longtemps auparavant, il arrive au lieu du début de la marche (carrefour Petit Pays). Ils se mettent en petits groupes. Cependant, le lieu est déjà « miné » par les hommes en tenue placés à cet endroit depuis la nuit. Ceux-ci les repoussent avec une violence inimaginable pour un pays qui se dit démocrate. Le soir de ce jour, son téléphone ne cesse de crépiter. Et pour cause ! Ses interlocuteurs lui promettent de verts et des pas verts, allant jusqu’à lui promettre que son sort sera pire que celui des personnes arrêtées dans la journée. A cause de cela, Monsieur Ngassa Jean Jacques devient malgré lui, un « Sans Domicile Fixe (SDF) » dans sa ville de résidence. Le 24 juillet, Monsieur Ngassa est enlevé dans un taxi par des hommes non identifiés. S’en suivront, bastonnades, tortures et maltraitances pendant 03 jours.  Après ce traitement inhumain et propre aux régimes barbares et dictatoriaux, il lui est remis un document à signer pour s’engager à ne plus faire partie du MRC. Le 30 janvier 2019, son domicile est perquisitionné ; il est fouillé de fond en comble en son absence par des inconnus en civil, à la recherche des documents, traumatisant par cette opération sa famille. Pour se mettre à l’abri, il va, sur conseil de Monsieur Aziz Moustafa, Président de l’ACADEHLIB, se refugier dans son propre pays. Il se voit obliger d’abandonner maison et famille pour se réfugier hors de sa ville.

Tout en exigeant la fin de ces abus, l’ACADEHLIB lance un appel en direction des populations, Organisations de la société civiles, de se joindre à elle, pour qu’ensemble, les  autorités policières et judiciaires arrêtent cette basse manœuvre contraire aux dispositions de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) et de permettre à Monsieur Ngassa jean Jacques de retrouver sa famille et d’y demeurer en toute quiétude.

Léonard Fandja,                                      

Directeur de la publication                                        

Les visages d’Afrique (www.lesvisagesdafrique.online)   

B.P.13 039 YAOUNDE                                              

Nkomkana, sis face la maison du parti                                                               

www.facebook.com/lesvisagesdafrique/                      

YouTube : Léonard Fandja / Les visages d’Afrique

Whatsapp ; Imo ; Telegram : (00237) 662 26 39 35 / 679 76 72 65 / 699 83 16 57                             

 

 

 

A propos Léonard Fandja 560 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
12 × 22 =