Témoignage : Voici l’administration que nous aimons !

Témoignage : Voici l’administration que nous aimons !

Pour avoir égaré mes pièces en octobre 2018, et conscient du fait que comme promoteur du site en ligne « perdusetretrouves.online » (même si le site a quelques problèmes ces jours-ci ; néanmoins sa page Facebook est opérationnelle) je pourrais rentrer en possession de mes pièces comme mon équipe et moi procurons cette joie à certains compatriotes qui ont eux aussi égaré leurs pièces (nous avons permis à bon nombre de retrouver, CNI, Permis de conduire, Carte de crédit, Carte de séjour, Acte de naissance, Acte de mariage et même les diplômes). Las d’attendre, j’ai finalement pris la résolution de me les faire établir. C’est ainsi que le 11 décembre 2018, je me rends au Commissariat Central N°1 de la ville de Yaoundé pour refaire ma Carte Nationale d’identité ; là-bas, ils me font connaître qu’il n’y a pas de matériel pour…le récépissé, et de me conseiller d’aller non loin de là, à la Délégation Régionale de la Police Judiciaire (DRPJ). Y étant, on me dit que les machines ont quelques soucis, et me propose de revenir le lendemain. Le lendemain, je repars plutôt au Commissariat Central N°1 (en espérant que les données auraient changé en 24 heures). Il m’est une fois de plus proposé de me rendre là où on m’a demandé d’aller la veille (DRPJ). Là-bas, on me dit que je suis arrivé en retard puisqu’on reçoit  jusqu’à 13 heures. Le lendemain de ce jour, j’y vais un peu plus tôt, nanti des pièces exigées. Je suis bien reçu malgré le temps que ça prend. Nous étions le 13 décembre 2018.

La surprise inespérée

Me disant que dès lors que le matériel pour récépissé est devenu rare, il n’est nullement question de m’y présenter avant 3 mois. Un peu comme pour le passeport. Trois mois plus tard, c’est un de mes frère qui me conseille de m’y rendre, affirmant même que les choses ont changé et que l’établissement d’une carte nationale d’identité ne prend plus trop de temps. Je m’y rends deux plus tard, le 12 mars, et j’ai l’agréable surprise de constater que ma carte m’y attend depuis le 10 janvier 2019, deux jours seulement après son établissement le 08 janvier 2019. Voilà donc l’administration que nous aimons, qui peut parfois nous faire des surprises agréables. Puisse la situation changer aussi pour l’établissement du passeport qui est devenu un grand business au Cameroun ? Surtout quand les gens vont solliciter l’établissement du passeport, ils sont déjà presqu’attendus dans une ambassade. Puissent les fonctionnaires Camerounais prendre conscience de la nécessité et du devoir d’être véritablement au service de leurs compatriotes ? La Rigueur et la Moralisation l’exigent.

Léonard Fandja

A propos Léonard Fandja 705 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*