Port à Conteneurs de Douala-Bonabéri : Le résultat du 1er mois d’activité sous administration camerounaise peut-il annoncer des perspectives meilleures et soutenues ?

Avec un résultat de 22 milliards de recette en un mois seulement, l’euphorie est perceptible partout au Terminal du port à conteneurs de Douala-Bonabéri.

 Le jeudi 26 décembre 2019, la décision du Tribunal Administratif était prononcée après 10 mois de procédures judiciaires initiées par le consortium APMT / Bolloré contre la décision de réattribution de la gestion du port de douala au Suisse Terminal Investment Limited (TIL), au détriment de Douala International Terminal (DIT). Le Tribunal Administratif de Douala a décidé d’annuler purement et simplement l’ensemble de cette procédure judiciaire et de reprendre en main la gestion du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri, octroyant ainsi les pleins droits à la Nouvelle Régie créée pour se substituer aux étrangers. Depuis ce jour-là, cela fait exactement un mois d’activité sous l’administration camerounaise, et le résultat parle de lui-même : de 2,5 milliards de recette par mois, la nouvelle Régie est allée à 22 milliards de recette. D’où l’euphorie perceptible en ce moment au port de Douala.

Chasser le naturel, il revient au galop

            Le résultat du 1er mois d’activité est éloquent et suscite une espérance telle que dorénavant, les recettes de cette nouvelle Régie à elle seule seront capables de permettre au gouvernement camerounais de réaliser de très grands projets structurants sans avoir toujours à faire les courbettes devant la Banque Mondiale et au Fonds Monétaire International. Cependant, comme dit l’adage : « Chassez le naturel, il revient au galop. » C’est dire que bien des opérations ont donné de l’espoir aux camerounais pour devenir finalement des éléphants blancs ou alors des projets morts prématurément. Le péage avait suscité une telle espérance ; mais où en sommes-nous aujourd’hui ? Il est donc impératif au gouvernement Camerounais qui a fait de l’impunité son mode de gouvernance, de ne plus saper l’espoir que les Camerounais sont en droit de fonder sur cette nouvelle Régie chargée dorénavant de contribuer de manière importante et exponentielle au développement du Cameroun. Puissent nos dirigeants faire leurs, ces propos du Guide Libyen quelques mois avant sa mort : << Maintenant, je suis sous le feu de la plus grosse force armée de l’Histoire, mon cher fils africain, Obama, désire me tuer, prendre notre liberté, prendre notre médecine gratuite pour tous, nos logements gratuits, notre éducation gratuite, notre nourriture gratuite et remplacer tout cela par le banditisme de grand chemin à l’américaine appelé “capitalisme”, mais nous tous dans le tiers monde savons ce que cela signifie; cela signifie que les grosses industries dirigent les pays, le monde et les peuples souffrent, ainsi, il n’y a aucune alternative pour moi, je dois rester ferme, et si Dieu le veut, je mourrais suivant ce chemin, ce chemin qui a fait de notre pays, un pays riche en ressources agricoles, avec une nourriture abondante et une bonne santé pour tous et nous a même permis d’aider nos frères et soeurs africains et arabes à travailler ici avec nous, dans la Jammahyra Arabe Populaire Libyenne Socialiste La Grande. Je ne désire pas mourir, mais si cela doit être, pour sauver ce pays, mon peuple et tous les milliers qui sont mes enfants, alors que cela soit. >> MOUAMMAR EL KADHAFI. Faut-il encore le rappeler, en prenant une décision aussi courageuse, et en implantant la véritable gestion transparente, le gouvernement camerounais sera en train de suivre la voie tracée par un Chef d’Etat Courageux et nationaliste comme Patrice Talon.

A propos Léonard Fandja 621 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
17 + 17 =