Insécurité : Le Tchad veut déclencher la 3 ème guerre mondiale.

Dans un communiqué annonçant une attaque perpétrée par les Forces Armées Centrafricaine à l’intérieur de son territoire, le Tchad par le ton du dit communiqué veut déclencher la 3 ème guerre mondiale.

Le 30 mai 2021, le Ministre Tchadien des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Tchadiens de l’Etranger Cherif Mahamat Zene annonce dans un communiqué, un incident survenu à la frontière Tchado-Centrafricaine le même jour. En effet, ce communique stipule que les forces armées centrafricaines (FACA) ont attaqué le même jour à 05 heures du matin, le poste avancé de Sourou en territoire tchadien, non loin de la localité de Mbéré et à proximité de la frontière centrafricaine. A l’issue de cette attaque selon le même communiqué : “Les Assaillants lourdement armés ont tué 1 soldat tchadien et en ont blessé 5 autres ; 5 autres ont été enlevés pour être ensuite exécutés à Mbang du côté centrafricain. Le Directeur Général de la gendarmerie centrafricaine a saisi l’Ambassadeur du Tchad en Centrafrique pour que les autrorités tchadiennes récupèrent auprès du chef du village de Mbang, les dépouilles des corps des 5 militaires tchadiens faits prisonniers puis exécutés par l’armée centrafricaine. Ce crime de guerre d’une gravité extrême et cette attaque meurtrière préméditée, planifiée et opérée à l’intérieur du Tchad, dont seul le gouvernement centrafricain en connaît les raisons ne sauraient restées impunies. Le Tchad tient le gouvernement centrafricain entièrement responsable des conséquences de cette agression caractérisée que rien ne justifie au moment où les deux pays cherchent à mutualiser leurs efforts pour relever des défis sécuritaires communs et à renforcer la coopération bilatérale comme l’atteste la tenue à N’Djamena au mois d’août 2019 de la dernière Commission-Mixte Tchad-RCA. Le Tchad prend à témoin, la communauté internationale, notamment la MINUSCA, l’Union Africaine, la CEEAC de cette grave agression dont il est la cible.”

Dans son communiqué daté du 31 mai 2021, le gouvernement centrafricain par la voix de Ange Maxime KAZAGUI, Ministre de la Communication et des Médias, Porte-parole du gouvernement réagit en ces termes : “Dans la poursuite des éléments de la CPC (mouvement rebelles centrafricains), à la frontière centrafricano-tchadienne, les échanges de tirs ont eu lieu de parts et d’autres. Ces échanges ont malheureusement provoqué des morts côtés centrafricains et tchadiens, semant ainsi la désolation, une fois encore du fait des actions de la CPC qui procède à des attaques sur les populations centrafricaines avant de traverser la frontière. Le gouvernement déplore la perte en vies humaines et les blessés ainsi provoqués au sein des armées centrafricaines et tchadiennes et transmet ses condoléances et compassions aux familles éprouvées… le gouvernement centrafricain reste disposé à entamer dans un bref delai, toutes les actions de sécurisation des frontières communes dans l’intérêt des deux peuples et se rend disponible pour travailler avec la partie tchadienne pour préserver la paix et la sécurité chère à nos 2 gouvernments.” En plus dans le même communiqué, l’on note que le gouvernement tchadien a été informé de la proposition de la mise en place d’une mission d’enquêtes conjointes pendant qu’une mission gouvernementale se rendra à N’Djamena dans un bref delai.

Ce qui est inavouable

L’on remarque la différence des tons dans les 2 communiqués des deux gouvernements. Dans le communiqué Tchadien, ce gouvernement connaît déjà le coupable alors qu’il de toute évidence que le gouvernement centreafricain est proie à des attaques des rebelles que le défunt Maréchal Idriss Deby Itno de regrettée mémoire avait refusé de soutenir. En plus, le gouvernement tchadien a même délivré une sentance qui semble sans appel. Ce qui démontre de manière évidente que le gouvernement tchadien actuel est totalement différent de celui du Maréchal éliminé il y a peu. Dans ce communiqué il n’existe aucune piste ouverte à un éventuel dialogue contrairement à celui du gouvernement centrafricain. Le ton du gouvernement tchadien frise même la condésendance. Pourtant, c’est le Ministre des Affaires Etrangères et de l’INTEGRATION AFRICAINE et de Tchadiens de l’Etranger qui l’écrit. On a l’impression que ce communiqué provient d’un Ministre de la Désintégration Africaine.

Le gouvernement centrafricain déplore la perte en vie humaine, présente ses condoléances et ses compassions et propose des pistes pour sauver la paix, notamment, une mission d’enquêtes conjointes. Si donc le Tchad actuel accepte de servir de tremplin à la France pour engager une guerre en Centrafrique plutôt que de contribuer à la stabilistion de la paix dans cette région de l’Afrique, qu’il sache que la Russie de POutine ne l’entendra pas de cette oreille. Dans ce cas, la 3ème guerre mondiale se déclenchera en Afrique Centrale où la France dépuis un certain temps ne veut que faire avaler aux africains que la Russie exploite les richesses du pays de l’Empereur Bokassa, Ange Félix Patassé et de David Dako. Poutine ne bavarde pas trop, il agit seulement. Avis donc au gouvernement Tchadien qui risquerait de se faire même balayer là-bas à N’Djamena.

L’on n’est pas dupe

Si le gouvernement Tchadien opte pour la déstabilisation du gouvernement centrafricain, qu’il sache que l’opinion internationale africaine connaît déjà le mode opératoire : Tuer lui-même ses soldats ou les faire tuer par les rebelles centrafricains soutenus par qui on sait, pour jeter la responsabilité sur le gouvernement centrafricain et enclencher une guerre selon la méthode du pompier-pyromane dans le but de renverser le jeune Président qui s’est révélé comme un véritable précurseur de la libération de son peuple avec la Russie.

A propos Léonard Fandja 705 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*