Incarceration des enfants pour fraudes au baccalaureat : Expression d’une justice à 2 vitesse !

Tout concoure à prouver que la population camerounaise subit les affres d’une justice à 2 vitesses.

L’incarceration des enfants à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé a soulevé un tolet général. Et pour le justifie, il suffit de lire les noms des quelques camerounas ayant donné de la voix : Pascal Pierre(Star du micro), Kareyce Fotso(Artiste-Musicienne, Ngandui Ngandeu (Lion indomptable), Me Christian Bomo(Avocat à Paris), Nourane Foster(Député à l’Assemblée Nationale), Mamadou Mota(Vice-Président du MRC en prison) et la liste n’est pas exhzustive. Bien que Me Bomo n’est pas sur la même tangente que les autres, force est de reconnaitre que l’immense majorité des camerounais desavoue Nalova Nyonga, Laurent Esso et le Magistrat Beas. Surtout que comme le rappelle bon nombre de camerounais ne comprend pas qu’un Sous-préfet abat une Etudiante à Kribi, une gendarmette abat un Etudiant à Bafoussam sans etre inquités, qu’on licencie quelqu’un à la Campost pour faux diplôme et qu’on le recrute à la CRTV au lieu d’envoyer la personne en prison. Etre détenteur d’un faux diplôme n’est pratiquement plus un délit au Cameroun. Les titulaires de faux diplômes sont arrogants, insultent, menacent dans les médias comme sur les reseaux sociaux. Le blindage contre l’interpelation consiste à s’ériger en defenseur du Chef de l’Etat Paul Biya et du RDPC.

D’après Boris Bertolt :

VOICI LA LISTE DES 5 JEUNES ENFERMÉS À KONDENGUI ACCUSÉS DE FRAUDE

Il s’agit de:

GASSAM GERVAIS KEVIN, 18 ans, lycée classique de Bangangté.
arrêté le 6 août 2020 à Bangangte et envoyé à Kondengui le 3 septembre 2020. Il a reçu les épreuves dans un groupe Télégram de 200 élèves et les a transférées dans son groupe de préparation WhatsApp afin que ses camarades les traitent au cas où…. il a reçu 27 jours de garde à vue.

NOUTHE ROMARIC (28 ans) professeur au CETIC de Mankwa (Melong). Enseignant dans un CETIC il a reçu l’épreuve d’un élève et l’a envoyé dans un groupe d’étude. Incarcéré le 17 août 2020. Sa femme est enceinte de huit mois. C’est son premier enfant. Il est en grève de la faim.

TCHABOUATCHOU SANDJONG WILLY CHRISTIAN (20 ans)
Élève au lycée bilingue de Njoumbé. Incarcéré le 6 août 2020. Il a transféré les épreuves dans un groupe d’étude où se trouve Brandon et Makon. 27 jours de garde à vue.

KAMGA DIAM BRANDOON WILSON (21 ans). Étudiant en 5ème année école nationale supérieure polytechnique de Douala. Incarcéré le 5 août 2020. 28 jours de garde à vue. Il était administrateur d’un groupe WhatsApp dans lequel quelqu’un qui a intégré un groupe d’étude a envoyé les épreuves.

MAKON EDGARD SIMON (32 ans)
Étudiant en cycle master à l’institut Supérieur des techniques économiques et comptables de Douala. Incarcéré le 5 août 2020. Dans le même groupe de Brandon et Nouthe. 28 jours de garde à vue.

Ceux qui veulent parler de droit, non seulement, il faudrait que l’intention de frauder soit établie. Il faudrait aussi que les enquêteurs démontrent qu’ils avaient connaissance qu’il s’agissait effectivement des épreuves qui allaient paraître le jour de l’examen. Plus encore que la chaîne de responsabilités soit établie. C’est à dire identifier tous ceux qui les ont partagés jusqu’à leur niveau. Ce qui est presque impossible. Plus grave ils ont tous été détenus au secret pendant trois semaines sans assistance judiciaire, en violation du code de procédure pénale. C’est ça votre justice ?

En France en 2019, il y a eu fraude au Baccalauréat dans trois lycées. 21 personnes ont été arrêtées. 17 personnes ont été relaxées après 48 h de garde à vue. Les 4 personnes poursuivies étaient le surveillant et son épouse qui ont vendu les épreuves à deux élèves. Voilà comment la justice française a tranché.

Au Cameroun voici les noms des Personnels du service de la reprographie de l’office du baccalauréat du Cameroun “ qui sont convaincus de négligence, fuites” par le gouvernement camerounais et qui sont toujours en liberté:

1- Ngoumti Celestin de Paul – Chef de service.

2– Bona Zache- Cadre détaché

3– Nsegbe – Cadre détaché

4– Ngah Tsimi Leontibe – Service reproduction.

5- HAyatou Issa Junior – Agent de bureau

6– Abena Ngono Gabriel – Agent de maitrise

7- Mimfoumou Mfomo Valerie – Secrétaire.

VOICI LA LISTE DES 5 JEUNES ENFERMÉS À KONDENGUI ACCUSÉS DE FRAUDE

Il s’agit de:

GASSAM GERVAIS KEVIN, 18 ans, lycée classique de Bangangté.
arrêté le 6 août 2020 à Bangangte et envoyé à Kondengui le 3 septembre 2020. Il a reçu les épreuves dans un groupe Télégram de 200 élèves et les a transférées dans son groupe de préparation WhatsApp afin que ses camarades les traitent au cas où…. il a reçu 27 jours de garde à vue.

NOUTHE ROMARIC (28 ans) professeur au CETIC de Mankwa (Melong). Enseignant dans un CETIC il a reçu l’épreuve d’un élève et l’a envoyé dans un groupe d’étude. Incarcéré le 17 août 2020. Sa femme est enceinte de huit mois. C’est son premier enfant. Il est en grève de la faim.

TCHABOUATCHOU SANDJONG WILLY CHRISTIAN (20 ans)
Élève au lycée bilingue de Njoumbé. Incarcéré le 6 août 2020. Il a transféré les épreuves dans un groupe d’étude où se trouve Brandon et Makon. 27 jours de garde à vue.

KAMGA DIAM BRANDOON WILSON (21 ans). Étudiant en 5ème année école nationale supérieure polytechnique de Douala. Incarcéré le 5 août 2020. 28 jours de garde à vue. Il était administrateur d’un groupe WhatsApp dans lequel quelqu’un qui a intégré un groupe d’étude a envoyé les épreuves.

MAKON EDGARD SIMON (32 ans)
Étudiant en cycle master à l’institut Supérieur des techniques économiques et comptables de Douala. Incarcéré le 5 août 2020. Dans le même groupe de Brandon et Nouthe. 28 jours de garde à vue.

Ceux qui veulent parler de droit, non seulement, il faudrait que l’intention de frauder soit établie. Il faudrait aussi que les enquêteurs démontrent qu’ils avaient connaissance qu’il s’agissait effectivement des épreuves qui allaient paraître le jour de l’examen. Plus encore que la chaîne de responsabilités soit établie. C’est à dire identifier tous ceux qui les ont partagés jusqu’à leur niveau. Ce qui est presque impossible. Plus grave ils ont tous été détenus au secret pendant trois semaines sans assistance judiciaire, en violation du code de procédure pénale. C’est ça votre justice ?

En France en 2019, il y a eu fraude au Baccalauréat dans trois lycées. 21 personnes ont été arrêtées. 17 personnes ont été relaxées après 48 h de garde à vue. Les 4 personnes poursuivies étaient le surveillant et son épouse qui ont vendu les épreuves à deux élèves. Voilà comment la justice française a tranché.

Au Cameroun voici les noms des Personnels du service de la reprographie de l’office du baccalauréat du Cameroun “ qui sont convaincus de négligence, fuites” par le gouvernement camerounais et qui sont toujours en liberté:

1- Ngoumti Celestin de Paul – Chef de service.

2- Bona Zache- Cadre détaché

3- Nsegbe – Cadre détaché

4- Ngah Tsimi Leontibe – Service reproduction.

5- HAyatou Issa Junior – Agent de bureau

6- Abena Ngono Gabriel – Agent de maitrise

7- Mimfoumou Mfomo Valerie – Secrétaire.

Qui peut m’expliquer pourquoi ces gens sont en liberté? On a laissé les enfants du collège de la Retraite, Jean TABI, Vogt pour aller arrêter des gens à Bangangte, Melong et à Njombe comme s’ils travaillaient à l’Office du Baccalauréat du Cameroun.

Ces illuminés vous disent la justice suit son cours. Mon Dieu !

Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique. Écrivez à l’adresse WhatsApp: 00 44 7404793575

BORIS BERTOLT

A propos Léonard Fandja 608 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
30 × 21 =