Françafrique : La’heure de vérité a-t-elle sonné de en RCA ?

Les élections présidentielles se sont bien déroulées en RCA

RCA : Touadera a vaincu Paris !
En Centrafrique, le scrutin a bel et bien été effectué dans le calme. L’échec et la sortie définitive de la France se dessinent d’une manière exponentielle.
Les Centrafricains ont voté, dimanche 27 décembre, pour élire leur président et des députés, et l’explosion de violence tant redoutée par les médias mainstream n’a finalement pas eu lieu.
Certains groupes rebelles, avec le soutien de François Bozizé, l’homme de l’Élysée, avaient juré, il y a neuf jours, de « marcher sur Bangui » pour empêcher le scrutin, mais ils ont finalement été tenus à distance de la capitale.
Et pour cause, le gouvernement de Touadera, sachant qu’il était dans le collimateur précisément de la France, a tout mis en œuvre pour que le pays soit en sécurité. Il a entre autres demandé à la Russie de lui fournir le nécessaire afin d’accomplir cette tâche.
D’ailleurs, la Défense russe a annoncé avoir fourni des blindés de reconnaissance BRDM-2 à la République centrafricaine en plus de 300 instructeurs militaires supplémentaires dont le départ a été annoncé le 22 décembre, qui se sont ajoutés aux blindés livrés en novembre.
Cela dit, les médias mainstream sont assez réticents maintenant que le plan de renversement du président Touadera s’est soldé par un échec. Ils remettent maintenant en cause la légitimité des élus. Et pour cause, ces médias n’hésitent pas à alléguer qu’une grande majorité des Centrafricains n’auraient pas pu aller voter, car ils n’auraient pas reçu leur carte d’électeur. Les médias français ont aussi oublié d’omettre la raison. Les groupes armés soutenus par François Bozizé et Paris ne sont pas si innocents que cela dans cette affaire. Certaines sources ont affirmé que ces Centrafricains qui n’ont pas pu aller voter étaient sous la menace de ces groupes. Et ce sont ces mêmes groupes qui auraient aussi confisqué leur carte d’électeur pour qu’ils n’aillent pas voter. Une carte que Paris a jouée pour pouvoir remettre en cause la légitimité du scrutin et des nouveaux élus.
Alors que tout a été mis en œuvre par le gouvernement centrafricain pour que les votes se passent dans la paix et la sérénité, cela montre que les tentatives sournoises de Paris ont donc de nouveau échoué !
Les groupes armés ont été tenus à l’écart et les Centrafricains ont aussi eu la possibilité de profiter du scrutin en toute sécurité.
Le gouvernement centrafricain prône pour la paix et la sécurité, tout comme la population. Et les exactions néocoloniales n’ont plus leur place en Centrafrique et à l’allure où vont les choses, ces exactions vont vers la sortie du continent.

A propos Léonard Fandja 638 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
28 × 23 =