Enfin, un monument à la mémoire du Révolutionnaire africain dans son pays.

Enfin, un monument à la mémoire du Révolutionnaire africain dans son pays.

Un édifice a été élevé au Burkina Faso en mémoire du Capitaine  Thomas Sankara et ses compagnons de lutte.

Les Révolutionnaires comme les Artistes sont des immortels. Tué depuis le 15 octobre 1987 en compagnie de la plupart de ses compagnons fidèles de lutte devenue très actuelle pour le véritable affranchissement de l’Aftique de la tutelle colonialiste, un grand édifice de 8 mètres de haut avec des éfigies de quelques de  ses compagnons sur les murs vient d’être réalisé à Ouagadougou au pays des hommes intègres (Burkina Faso. L’inauguration de cet édifice a eu lie le 1er mars courant par le Président du Faso Roch Marc Kaboré. L’ancien Président du Ghana et ancien compagnon de lutte de Thomas Sankara, Jerry John Rawllings était de la partie. L’on peut d’alleuirs le reconnaître sur la photo au pied de la statue avec le Ptésident du Faso. Et pour agrémenter le récit, je suis allé dans un de mes anciens albums-photos retirér cette images des jeunes présidents révolutionnaites tirée de l’anciens journal panafricain “Afrique-Asie”.

La presence du Président Jerry John Rawllings est la preuve qu’au pays des hommes intègres l’on n’a pas oublié le soutien qu’apportait l’ancien président ghanéen à la jeune révolution burkinabè. Le lieu choisi pour élever cet édifice est tout aussi symbolique : en face du Conseil de l’entente, où il fut assassiné en pleine réunion.

Félicitations au Président Roch Marc Kaboré

Quand on sait que la France dite pays démocratique et par ailleurs donneuse de leçon de démocratie a refusé de déclassifier les dossiers sur l’assassinat de Thomas Sankara, et lorsqu’on sait que dans certains pays africains francophones, élever un monument à la mémoire d’un de ses leaders charismatique et révolutionnaire relêve d’une dose de courage certain ; lorsqu’on sait que Blaise Essama et bien d’autres compatriotes se battent inlassablement, et ce malgré les emprisonnements, pour l’élévation de quelques monuments semblables à celui de Thomas Sankara pour Ruben Um Nyobe (pour ne citer que lui) et d’autres leaders camerounais assassinés par l’armée française, il y a lieu de tirer le chapeau au Président Roch Marc Kaboré. Comme dit le Président Vladimir Poutine de la Russie, et comme le dit l’adage :“Il est préférable d’être un héros mort que d’un lâche vivant”. Assurément; bon nombre de panafricanistes dignes de ce nom dont le Capitaine Moussa Dadis Camara, ont coulé des larmes de joie. Puisse cet exemple de don de soi du Capitaine Thomas Sankara raviver la flamme du combat pour la libaration totale de l’Afrique auquel vient de se joindre le gouvernement italien ?

Léonard Fandja

 

A propos Léonard Fandja 680 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
30 × 9 =