Diffamations et dénigrements : Quand le dynamisme de la Reine-Mère dérange !

Une campagne permanente est engagée via les médias contre la Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain Célestine Ketcha Courtes depuis son entrée au gouvernement du Premier Ministre Chief Joseph Dion Ngute le 04 janvier 2019.

Un adage bien connu dit : « L’ennemi ne dort jamais. » La campagne de diffamation et de dénigrement orchestrée par les ennemis de la Reine-Mère Célestine Ketcha Courtes depuis sa distinction en tant que Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, démontre à suffisance la haine viscérale et la frilosité des ennemis du dynamisme et de la compétence. Celle qui démontre que les diplômes ne garantissent pas la compétence, est traitée de tous les noms d’oiseau par médias commandités et à la solde des haineux et jaloux qui, aveuglés par ces ressentiments sont incapables de maitriser leurs émotions. Des médias à la soldes, cette presse à gages dont les femmes promotrices sont en passe de damner le pion aux hommes, font la sale besogne dans un chronogramme tel que la permanence de cette campagne de dénigrement, du mensonge et de la diffamation soit soutenue et inlassable. Cette campagne ne surprend pas. Autrefois, Maire de la Commune de Bangangté, la Reine-Mère Célestine Ketcha Courtes avait déjà démontré l’étendue et l’immensité de ses talents dont la compétence était reconnue au-delà des frontières du Cameroun. Que de très hautes personnalités reçues en ce moment-là à Bangangté, venues témoigner de la reconnaissance, de la compétence de cette Dame au grand cœur et humble. Son loyalisme au Président Paul Biya et son souci d’implémenter ses instructions telles que souhaitées dérangent et l’on n’est pas surpris par une telle campagne dans un pays où bien traduire dans les faits les instructions du Chef de l’Etat vous expose à des tirs groupés tels qu’observés en ce moment. Pourtant, comme dit Victor Hugo : « C’est Dieu qui donne du génie. »

                Ces ennemis se recrutent aussi parmi ceux-là qui avaient commandité une équipe d’Officiers de gendarmerie conduite par une Cheffe d’Escadron pour l’enlever à Bangangté et la déporter au Secrétariat d’Etat à la Défense (SED) alors qu’elle était encore Maire de la ville de Bangangté. En ce moment-là, il était question de faire feu de tout bois pour écourter son mandat à la tête de la Mairie de Bangangté. Aujourd’hui, l’ennemi ne dormant jamais et ne supportant non seulement sa promotion comme Ministre, ni son dynamisme, sa compétence et sa popularité, ils font une fois de plus, feu de tout bois pour la faire bouter hors du gouvernement en faveur des leurs. Comme je l’ai dit à l’époque où Madame Célestine Ketcha Courtes était Maire, ils ne connaissent pas le Président Paul Biya qui leur parle par les actes tous les jours.

Tribaliste ?

                Comment peut-on traiter celle qui est toujours bien accueillie partout et particulièrement dans le grand Nord et le Littoral où les autochtones se reconnaissent en elle de tribaliste ? Il n’y a même qu’à regarder les Journalistes qui l’accompagnent partout et même ses proches collaborateurs pour comprendre que la campagne de dénigrement et de diffamation est un coup d’épée dans l’eau. S’agissant de la Société Immobilière du Cameroun (SIC), comme Présidente du Conseil d’Administration (PCA) depuis le 13 août 2019, sans en être la gestionnaire au quotidien, elle a apporté sa touche personnelle en tant que PCA dans son rôle de booster et de contrôle pour un bon rendement de la société. La preuve, cette société qui n’accumulait que des pertes depuis une décennie, a, depuis son arrivée et celle de son ancien proche collaborateur le Directeur Général Amadou Sardouna, réalisé un résultat positif. A ces détracteurs-là, il est conseillé d’attendre que le Directeur Général lui-même s’en plaigne. Car comme dirait Mathematique de Petit Pays :”Pourquoi les gens n’aiment pas voir deux personnes qui s’entendent ?” Ils vont jusqu’à dire qu’elle a des espions à la SIC qui lui rendent compte au quotidien. Que ces médias qui relaient de telles inepties comprennent qu’on ne peut pas solliciter tous les médias dans un pays où l’on compte plus de 600 titres. A ceux-là, comme dit un sage : « Il vaut mieux affronter le monde en suivant sa conscience, plutôt que d’affronter sa conscience pour plaire au monde. »

En compagnie des Ministres de culte

Le dynamisme avéré

                Lé célébration récente de la Journée Mondiale de l’habitat a été l’occasion pour les observateurs avertis d’apprécier une fois de plus le dynamisme de Madame Célestine Ketcha Courtes : le rayonnement du Cameroun à l’international avec la nomination de la Secrétaire d’Etat du MINDU au Conseil d’administration de SHELTER AFRIQUE, le choix du pays de Paul Biya comme seul pays africain à intervenir directement depuis le Cameroun en visioconférence lors de la célébration mondiale qui était organisée à Jakarta en Indonésie ; l’émulation créée entre les promoteurs de l’habitat au Cameroun avec des distinctions accordées aux meilleurs lors de la célébration de la dite Journée, sans oublier aussi celle entre les villes qui indubitablement révolutionnera la gestion de nos cités par les Maires et l’habitat sous peu. La preuve, la célébration de cette Journée cette année a eu une dimension de loin au-dessus de ce qui se faisait autrefois. A tout seigneur, tout honneur ! Nul n’étant prophète chez lui, l’on pourrait conseiller à ceux-là qui de jour comme de nuit réfléchissent à ternir l’image de Macichiagub Foun ke fet tche’i (celle qui a de la peine à manger seule) cette sagesse : «il ne faut pas chercher la personne idéale qui réglera tous tes problèmes, mais la personne qui sera toujours à tes côtés pour les affronter. » Ne pensez pas seulement à vous. Ne détruisez pas celle qui est très à l’aise avec tout le monde sans distinction de tribus, le symbole du « vivre ensemble.»

A propos Léonard Fandja 600 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
28 ⁄ 14 =