Côte d’ivoire : Quelques morceaux choisis des discours de la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo

Côte d’ivoire : Quelques morceaux choisis des discours de la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo.

Depuis sa sortie de prison le 08 août courant, l’effet Simone Ehivet Gbagbo est indéniable. Après 7 ans de détention pendant lesquelles le peuple de Côte d’ivoire dans son immense majorité n’a cessé de lui témoigner son amour et son soutien véritablement indéfectibles, la résidence de Madame la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo est devenue un lieu de pèlerinage inédit. Les gens partent même de l’étranger pour toucher de leurs propres mains, ce monument de l’indépendance véritable, du pardon et de la réconciliation en Afrique, en attendant l’arrivée du Président Laurent Gbagbo et son fils Charles Blé Goudé, sans oublier ceux encore détenus et en exil. Nous vous proposons quelques morceaux choisis des discours de Simone Ehivet Gbagbo aux multiples délégations qui défilent à son domicile. Aussi importe-t-il de signaler que parmi ces multiples délégations, il y a eu celles des musulmans à qui elle a d’ailleurs offert des moutons lors de la fête de la Tabasky, celles de son village et de Mama, le village du Président Laurent Gbagbo.

1-«  Quand j’appelle à la paix et à la réconciliation il y a des gens qui ne sont pas contents, vous n’êtes pas contents non? – Ouiii (répondent les invités) . Moi même je sais , quand des gens sont venus me voir en prison ils m’ont dit : ” voilà après ton mari et toi quand vous allez sortir c’est pour dire , il faut laisser ça ne fait rien oh ”. Moi même je sais que ça ne vous plait pas, je le savais déjà et je dis . Le président GBAGBO même que vous attendez là s’il vient c’est la même chose là qu’il va dire . Son message ne sera pas différent de ce que je vous dis , donc laissons tomber et avançons (…) Je rêve d’une côte d’Ivoire prospère , d’une côte d’Ivoire réconciliée , d’une côte d’Ivoire en paix où la jeunesse est productrice , où nous sommes les acteurs de notre développement et pour y arriver , nous devons nous réconcilier , nous devons cultiver la paix … »

2-« Je voudrais remercier la ville d’Odiené ou j’ai séjourné pendant trois (3) ans et demi (1/2). Cette ville là, cette terre là ne m’a pas rejeté. Au contraire, j’y ai vécu tout ce temps sans maladie, sans tracasserie. Je voudrais leur dire Merci.

Merci particulièrement au général issouf koné dans la maison de qui j’ai vécu ces 3 ans 1/2. Et j’ai une pensée pour son épouse qui était une grande amie à moi, une amie fidèle et qui est décédée.

Quand je suis arrivée à Odienné et qu’on m’a conduit dans cette maison, qui est sa maison, je me suis dit Dieu est en train de me faire un clin d’œil. Et je crois que ma vie ici va être supportable. Et ma vie la-bas a été effectivement supportable.

je remercie le Ministre Diakité koty, qui était à cette époque, quand je suis arrivée, maire d’odiené. Il a été mon élève quand j’étais professeur au Lycée classique. Il s’en est souvenu et il m’a traité comme on traite sa Maman. Quand il a du quitter cette ville parcequ’il venait d’être nommé Ministre, il m’a confié à un de ses adjoints au maire, monsieur Cissé, qui vraiment m’a traité vraiment comme on traite sa grande soeur. Je leur dis Merci. »

 

 

Mon Dieu m’a fait du bien. ce qui s’est passé, c’est comme s’il m’a fait sortir de la mort pour me ramener à la vie.

Mais quand l’Éternel agit comme ça dans la vie de quelqu’un, il passe par un homme ou il passe par des hommes. C’est pour cela que vous me permettrez de remercier la Président Allassane Ouattara, Président de la Côte d’Ivoire.

Comme Dieu lui même dit dans sa parole, lui il est Dieu, il est le Roi des Rois, il est le Seigneur des Seigneurs. Et il incline comme il veut le Coeur des Rois. Et je crois fermement qu’il a incliné le Coeur de Monsieur Allassane Ouattara pour que nos portes de prisons s’ouvrent et que nous sortions. »

5-« J’évoque également un couple Burkinabé. Vous savez, après cette crise là, on avait quand même le coeur chargé. On était inquiet. Et j’arrive la-bas, c’est un jeune couple Burkinabé, l’épouse même est plus jeune que la dernière de mes filles. Mais ce couple là, s’est dévoué pour prendre soin de moi. Me faire mes repas, nettoyer ma maison, faire ma lessive avec une générosité de cœur. il y avait des moment ou les gens ne comprenaient pas leur dévouement et les menaçaient. Ils ont tenu ferme. Ils ont veillé sur moi. Que Dieu les bénisse. »

6-« A l’école de gendarmerie, je suis tombé entre les mains de mes Papa. Puisque moi même mon père était gendarme. Et j’ai été reçue par des commandants école. ils se sont succédé, il y en a eu deux.Et ces deux la m’ont bien traité.

Quand on rand gloire à Dieu, il faut rendre gloire à Dieu pour la vie de toutes ces personnes qui étaient la pour me surveiller. Qui étaient la pour m’empêcher de sauter la clôture et m’enfuir.

Mais ils se sont comportés comme des frères, des jeunes frères, puisque eux tous m’ont appelé maman. Eux tous m’ont appelé Maman. Et je leur dis Merci. Que Dieu le bénisse ! »

7-« J’ai eu la chance à Odiénné d’avoir dans le domicile qui m’a été prêté, je dirai, des gardes, des FRCI qui ont assuré ma sécurité. Et ils l’ont fait avec dévouement. Il y en a même qui l’ont fait avec Amour. c’était surprenant. A la fin quand je suis partie, ils m’ont accompagné jusqu’à l’aéroport et ils étaient désolés de me voir partir. Je voudrais leur dire, Merci à eux tous. »

8-« Ma prière aujourd’hui, c’est que Dieu permette la libération de tous les prisonniers politique. Parce qu’il y en a encore dans nos prisons. Et le plus illustre de ces prisonniers politique, c’est le Président Laurent GBAGBO. Il y est avec son fils Charles BLE goudé. Et il y a tous les hauts gradés de l’armée qui sont encore dans nos prisons. Que Dieu les sorte tous.

Que Dieu permette le retour de tous les exilés dans une côte d’Ivoire réconciliée. Et que, plus JAMAIS notre pays ne connaisse une telle crise.

Je sais que mon Dieu ne s’arrêtera pas tant qu’il n’aura pas réalisé la réconciliation totale de la Côte d’Ivoire. Mon souhait, c’est qu’ensemble nous acceptions d’y contribuer chacun a son niveau en acceptant de pardonner. En acceptant de pardonner. Dieu nous aime. Dieu aime notre nation. Dieu a besoin du peuple de Côte d’Ivoire pour aller loin, loin, loin dans son règne sur la terre, pour être des instruments. Mais pour cela, il faut que nous acceptions tous de pardonner, d’aller de l’avant, de considérer que les choses anciennes sont passées et que toutes choses sont devenues nouvelles. »

Léonard Fandja

A propos Léonard Fandja 705 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*