Conseil Supérieur de la Magistrature : La session est-elle possible en vidéo-conférence ?

La session du Conseil Supérieur de la Magistrature prévue le 06 août a été reportée au 10 août 2020.

Le report de la session du Conseil Supérieur de la Magistrature initialement convoquée par le Chef de l’Etat Paul Biya, Président du dit Conseil a été renvoyée au 10 août 2020. Et du coup les commentaires ont redoublé sur le décès imaginaire ou vrai du Chef de l’Etat. Une opinion pense même que cette session pourrait se tenir en vidéo-conférence. Et dans ce cas, plusieurs questions restent sans réponse : si tel serait le cas, le procès des Magistrats véreux se tiendra-t-il aussi en vidéo-conférence ? Si oui les boxes pour les accusés et leurs Avocats seront-ils à leur lieu de service ou ailleurs ? Les membres du Conseil et les Suppléants seront-ils regroupés au Ministère de la Justice ?                                   

Le Chef de l’Etat doit redonner à la Magistrature camerounaise ses lettres de noblesse

            Sur une certaine photo très présente sur les réseaux sociaux, l’on nous présente les ventres des fonctionnaires des Impôts et de la Douane camerounaise. Au regard de ce qui se passe dans la Magistrature au Cameroun, l’on est tenté de dire qu’on devrait ajouter sur cette photo, le ventre des Magistrats et même des policiers.

            Le degré de pourrissement de la Magistrature au Cameroun a atteint des proportions alarmantes. Tenez ! Une rumeur nous apprend que la session a été renvoyée parce qu’au niveau du Ministère de la Justice, chaque Direction serait déjà érigée en comptoir d’encaissement des prébendes pour la promotion et les affectations des Magistrats. Ce qui aurait amené le Chef de l’Etat à reporter la session pour y voir clair. Les incongruités telles qu’un Président de Tribunal et le Procureur à Bangangté originaires du même département, le Dja et Lobo, doit être corrigée. Il se pourrait que les Magistrats de Douala aient cotisé une forte somme d’argent destinée à la fois aux hauts responsables du Ministère et à la Présidence de la République par le bons soin d’une délégation de haut niveau lui aussi. Certains hauts Magistrats qui ont réussi à mettre leurs enfants, c’est-à-dire enfants de même père et de même mère à l’Enam, entendent faire affecter ceux-ci à Yaoundé et Douala, ou tout au moins dans les environs de ces villes puisque, selon leur entendement, ce sont les fils des « no names » qui doivent travailler dans l’arrière-pays.             Les Chargés de mission à la Présidence de la République ne sont pas en reste ; ils auraient presque tous déjà ouvert eux-aussi, les « comptoirs » pour la promotion et l’affectation des Magistrats. Leurs principales victimes sont ceux des Magistrats qui ont déjà passé 08 ans au même poste sans passer de grade ni même être mutés. Cela pourrait expliquer la présence régulière des Magistrats venant de toutes les Régions du Cameroun à l’hôtel Hilton de Yaoundé et particulièrement au compartiment réservé au sport.   

                                                                                                         

Les comptoirs les plus reconnus                                                                            La particularité de ces « comptoirs officiellement reconnus » serait ceci :                                      A Kribi, certains Magistrats seraient déjà des autochtones qui eux-aussi perçoivent les indemnisations versées aux populations expropriées dans le cadre de la construction du port en eau profonde ;                                                                                                               A Mfou comme à Monatelé, où la plupart des procès sont relatifs aux problèmes fonciers, les Magistrats et leurs collaborateurs ont un « comptoir » où l’on règle en nature (terrain) ;                                                                                                                                        A Ngoumou, ce serait la catastrophe au regard des informations qui nous parviennent ; les Responsables comme leur collaborateurs auraient chacun un « comptoir. » Tenez ! A Ngoumou, pour avoir fait pipi sur la barrière d’un individu, vous seriez vite mis sous mandat de dépôt puisque la suite logique dans ce cas est de négocier pour être remis en liberté. Les détentions préventives seraient prorogées dans le but inavouable d’en attendre les prébendes. Et dans cet océan à crabes de Ngoumou, la fermeté du Magistrat du Parquet serait à rudes épreuves.                                                                    

Ce que l’opinion attend de cette session                                                                                                       Ce que l’opinion nationale attend de cette session tant attendue, que le Chef de l’Etat Paul Biya, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature frappe du point sur la table et libère ceux des Magistrats sérieux qui suffoquent. Les fils des hauts Responsables du Ministère de la Justice et de l’Administration camerounaise soient eux aussi affectés dans les Régions éloignées des grandes métropoles que sont Yaoundé et Douala ; que l’intégration des jeunes Magistrats qui attendent ne se passe pas comme le recrutement des Enseignants du primaire dont nous avons tous déploré le caractère mafieux ; qu’on n’ait plus l’impression que certains Magistrats sont en Mission spéciales dans certaines Régions ; que les meilleurs soient privilégiés dans l’intégration, la promotion et les affectations pour plus de justice, surtout, de Rigueur et de Moralisation. Autrefois, d’ailleurs, ce sont les Majors qui travaillaient à Yaoundé et à Douala.                 

A propos Léonard Fandja 586 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
10 + 1 =