Caravane des autorités traditionnelles pour la paix et le vivre ensemble : Another step for peace

Caravane des autorités traditionnelles pour la paix et le vivre ensemble : Another step for peace

La paix n’a ni prix, ni de dénomination, ni d’ethnie, encore moins de parti politique. C’est une valeur universelle inaliénable et incorruptible qu’il faut sans cesse protéger et encadrer. Nous ne sommes pas identiques, mais, nous sommes et venons de la même région. Et nous sommes tous égaux. Le Cameroun n’est pas constitué de deux parties Anglophones et Francophone. Non ! Le Cameroun est constitué des peuples Bassa, Douala, Beti, Bamileké et autres. Lorsque Um Nyobè et ses pairs luttaient pour l’indépendance, ils ne le faisaient pas au nom de leurs communautés repectives, ni du Cameroun Francophone, mais au nom du Cameroun un et uni dans toute sa diversité. Il n’y a donc pas de francophones et d’anglophones, mais juste des Camerounais. Nous sommes tous pareils malgré nos différences. Il est donc plus que jamais temps de faire taire à tout jamais les armes de destruction ; il est temps de garder les machettes et autres, et discuter franchement. Quel avenir pour nous sans école ? Quel Cameroun de demain sans jeunesse instruite ? Quelle prospérité sans dialogue ? Oui, le Cameroun va mal et très mal ; bien de sang a coulé et il faut stopper l’hémorragie au plus vite. Voilà pourquoi, la caravane des chefs traditionnels pour la paix et le vivre ensemble s’est rendue ce vendredi 06 septembre dans la région du Sud-ouest sans arme ni soldat, afin d’implorer les ancêtres de venir en aide à leurs fils et petits-fils qui se déchirent de plus en plus chaque jour. Ils y sont allés communier avec le peuple de cette région et leur dire : « Vous n’êtes pas seuls ; ce qui vous arrive nous affecte tous. »

Le film de l’étape

Arrivée dans le chef-lieu de la Région du Sud-ouest, Buea, à 14 heures, la délégation de la caravane conduite par Sa Majesté Mbassi Parfait, rencontre d’abord le point focal Chief Ndiko Fonderson, Président de la conférence des chefs du Sud-ouest, son équipe pour une réunion de coordination, afin de peaufiner les derniers détails de la grande cérémonie de pacification pour la paix et le vivre ensemble. Juste après, la délégation se rend dans les Services du Gouverneur de la  Région du Sud-ouest Bernard Okalia Bilaï pour la traditionnelle visite de courtoisie. Après cette entrevue d’une trentaine de minutes avec l’homme fort de la Région, cap sera mis sur Limbé, la cité balnéaire. C’est là que se tient la conférence de presse avec les Journalistes. Dans une ville qui peine à retrouver du sourire, meurtrie par une guerre qu’elle n’a jamais souhaitée. Les chefs traditionnels ne cessent de multiplier les efforts afin que ces régions retrouvent la paix et que les citoyens retrouvent la paix et la tranquillité.

La cérémonie traditionnelle en elle-même

La grande cérémonie pour la paix a eu lieu le samedi 07 septembre. Elle s’ouvre par une cérémonie d’explication du rite qui s’est déroulée aux aurores, c’est-à-dire entre 4 et 5 heures  du matin, aux berges de la mer. Suivra immédiatement après, « la marche royale » pour la paix et le vivre ensemble qui s’étendra des berges de la mer  à l’avenue Manga William’s de Limbe, place des fêtes. Notons qu’au cours de cette marche royale, de nombreux messages de paix et de purification seront prononcés par les ritualistes et les populations qui ont bravé la peur pour assister nombreux à cet évènement rarissime. C’est donc environ près de 600 chefs traditionnels venus de tout le Cameroun qui prendront place à la tribune de la place du 20 mai de Limbé pour la première fois depuis le début de la caravane. Toutes les régions du Cameroun y sont représentées : le grand Nord (Adamaoua, Nord et Extrême-nord) ; l’Ouest, l’Est, le Littoral, le Sud, le Centre, le Nord-ouest et le Sud-ouest qui accueille leurs frères. Le point focal, Chief Ndiko Fonderson prendra la parole en premier tout en remerciant et en exprimant sa gratitude à ses pairs et à cette caravane qui est en réalité une vision des chefs traditionnels. Tous les chefs traditionnels ont lancé un vibrant appel à leurs enfants pour que ceux-ci sortent de la brousse et stoppent le massacre des populations qui sont d’ailleurs innocentes, et qui ne demandent rien d’autre que de vivre en paix : « The face of the cisis, the suffering of the masses is unbeatable and life has become something else beyond their imagination. » Chief Mafany Njie Martin prendra la parole pour élever vers Dieu Créateur, une prière afin que la paix sans conditions revienne et que ce calvaire des populations arrive à son terme. Depuis 3 ans, que d’atrocités indescriptibles ! « Trop de sans a coulé et trop de perte en vie humaine ;  des investissements partis en fumée pour rien » d’après Sa Majesté Mbassi, Coordonnateur National de la caravane lors de sa prise de parole. « Come back to your various houses and villages. Let’s talk as gentlemen and try to understand each other. Each family has problems and it is only through discussion that any problem can be solved.”Dixit Sa Majesté Mbassi Parfait le Coordonnateur National . La paix, et rien d’autre “Nous voulons juste vivre en paix, discuter de ce que vous voulez, où vous voulez, quand vous voulez, mais laissez nous vivre dans la paix, c’est le cri de Coeur d’un peuple prisonnier et asphyxié par la guerre qui lui est imposée.” Dixit Sa Majesté Mbassi Parfait. C’est d’ailleurs lui qui recevra comme de tradition l’arbre de la paix enroulé dans le drapeau du pays afin que cette paix  qui est semée dans le Sud-ouest se propage dans tout le Cameroun.

N.B. : En guise d’interpellation, votre journal vous propose en audio sur le site, un titre d’Elvis Kemayo :

Ô Cameroun

Guy Maxime Banyolak

A propos Léonard Fandja 705 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*