Dialogue national malien : Aliou Diallo persiste et signe


Le président d’honneur du parti ADP-Maliba a réitéré la semaine dernière son appel à un dialogue national inclusif au Mali afin de trouver des réponses de consensus à la crise sécuritaire, communautaire et sociale qui menace la survie même du pays. Pour Aliou Boubacar Diallo, « la solution de la crise réside dans le dialogue » malgré les atermoiements du gouvernement à le mettre en œuvre.

A l’occasion d’un message à la Nation adressée lors de la fête de l’indépendance, Aliou Boubacar Diallo a une fois encore réclamé du président Ibrahim Boubacar Keïta, la tenue d’un grand dialogue inclusif pour que la majorité, l’opposition, mais également les représentants de la société civile, se retrouvent autour d’une même table pour définir ensemble une voie de sortie de crise afin d’endiguer la crise multidimensionnelle qui ronge l’intégrité du territoire malien et « ébranle sérieusement l’équilibre social et les fondements même de la République ».

« Un dialogue inclusif, sincère, profond et sans tabou est indispensable », a déclaré le troisième homme du dernier scrutin présidentiel, avant de préciser qu’il peut s’agir « d’un espoir pour les Maliens ». Il a toutefois mis en garde le gouvernement qui a « perdu beaucoup de temps et d’énergie depuis un an » pour tenter de manœuvrer à affaiblir l’opposition malienne en vue de lancer le dialogue en position de force.

« Maintenant que nous commençons à entrevoir le bout du tunnel devant mener au dialogue et, en principe, à un début de solution pour retrouver la paix et la quiétude, j’espère sincèrement que les autorités prendront la mesure de l’attente des maliens en faveur d’un véritable dialogue », a prévenu M. Diallo en insistant pour « des échanges profonds, francs et sincères entre opposition, majorité et toutes les couches de la société malienne ».

Aliou Boubacar Diallo, l’une des principales figures de l’opposition malienne et l’un des instigateurs du concept du grand débat national inclusif s’est montré exigeant à l’ égard du gouvernement. « Je soutiendrai sans ambages un dialogue indépendant si les plus hautes autorités s’engagent de manière inconditionnelle à la mise en œuvre des recommandations qui en seront issues », a-t-il conclu

Maurice CANA

A propos de Léonard Fandja 398 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
29 × 12 =