Mairie de Bangangté : Madame Le Maire ne dort pas sur ses lauriers

Mairie de Bangangté : Madame Le Maire ne dort pas sur ses lauriers

Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, Madame le Maire de Bangangté Célestine Ketcha Courtes continue remporter des victoires sur le plan international.

 

La maire Célestine Ketcha Courtès et l’honorable Roger Nkodo Dang ont été cooptés au terme du Conseil de l’organisme à Paris, le 10 septembre.

Depuis lundi, Célestine Ketcha Courtès, Roger Nkodo Dang, respectivement maire de Bangangté (région de l’Ouest) et présidente du Réseau des femmes élues locales d’Afrique (Refela), député à l’Assemblée nationale et président du Parlement panafricain (assemblée consultative de l’Union africaine) font partie du cercle restreint des administrateurs de la Fondation énergies pour le monde (Fondem). En effet, la première phase du conclave de la capitale française avait pour objet la cooptation de 06 personnes qualifiées pour siéger dans le Conseil composé de 15 administrateurs. À savoir : 03 membres fondateurs, 03 partenaires, 03 membres associés et 15 membres qualifiés. Pour des raisons bien fondées, les participants des assises de Paris ont exprimé la nécessité de voir le continent africain représenté de manière valable au sein du Conseil d’administration de la Fondem. Fort de cette volonté manifeste, à l’unanimité, trois Africains ont été cooptés : les Camerounais Roger Nkodo Dang et Célestine Ketcha Courtès, et l’ancien ministre sénégalais Abdou Fall.

Il est à relever que la dynamique maire de Bangangté était déjà membre du Conseil d’administration d’Énergie pour l’Afrique et a fortement contribué à la préparation de la 21è Conférence des parties (Cop 21) en France. Et c’est à travers ce piédestal que la maire de Bangangté a finalisé l’accord de mise en œuvre du projet ‘’Graine de lumière’’ au Cameroun. Une plateforme qui va permettre de former les jeunes camerounais dans la fabrication des panneaux solaires afin qu’ils maîtrisent l’ouvrage et facilitent l’accès des populations de l’arrière-pays à l’énergie.

Jointe au téléphone, la présidente du Refela exprime : «Je suis très émue avec un sentiment de fierté pour la confiance de ces sommités de l’énergie faite à mon pays en cooptant deux Camerounais sur les 3 Africains. Et à l’instar de mon compatriote l’honorable Roger Nkodo Dang, je place mon mandat sous le signe d’une impulsion réelle pour l’accroissement de l’accès de nos populations des zones rurales à l’énergie renouvelable afin de booster le développement, freiner l’exode rural et surtout renforcer la sécurité des femmes et des petites filles. Nous avons déjà réussi à inscrire notre pays le Cameroun dans le projet ‘’Graine de lumière’’ qui va démarrer en 2019. Enfin, c’est un réel plaisir pour moi de travailler aux côtés du président de Fondem, Jean-Louis Borloo (ancien ministre français et ex-président du groupe Union des démocrates et indépendants à l’Assemblée nationale française, 2012-2014, Ndlr)».

Pour mémoire, créée à l’initiative d‘Alain Liébard en 1990, Fondem est une structure reconnue d’utilité publique, présidée par le Français Jean-Louis Borloo, qui défend depuis 2015, «l’objectif de connecter 640 millions d’Africains à l’électricité d’ici à 2025». La Fondem favorise l’accès à l’électricité aux populations démunies des zones rurales, comme vecteur de développement durable.

 

Diane Abada

 

A propos de Léonard Fandja 122 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
30 × 23 =