L’organisation du Colloque 1 an après la mise en œuvre d’un projet par une ONG italienne.

L’organisation du Colloque 1 an après la mise en œuvre d’un projet par une ONG italienne.

L’ONG italienne CENTRO ORIENTAMENTO EDUCATIVO (COE) a organisé un Colloque au Cameroun 1 an après la mise en œuvre du projet « Regard au-delà de la prison » le 23 mai 2019.

L’ONG italienne Centro OrientamentoEducativo (COE) a organisé sous le haut patronage de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) un important colloque sur la situation des détenus et des ex-détenus sous le thème : « L’humanisation des conditions de détention et la réinsertion sociale des détenus et des ex-détenus : une responsabilité partagée entre la société civile et les acteurs publiques,» clôturant ainsi la première année de mise en œuvre du projet « Regard au-delà de la prison » que l’ONG mène au Cameroun depuis le 1er juin 2018 en collaborationavec des partenaires locaux et internationaux et dont l’objectif principal est la promotion de la réalisation de la personne humaine. Installé au Cameroun depuis 1970, le COE travaille en étroite collaboration avec plusieurs villes notamment, Mbalmayo où est situé son siège social, à Douala, Yaoundé, et bien d’autres. Le COE mène des actions dans le domaine sanitaire, éducatif, formation, développement rural, l’animation sociale et culturelle, lapromotion del’art de la culture et dans la protection des droits humains. C’est ce dernier domaine qui sera au centre de toutes les attentions pendant les 2 prochaines années restantes du projet. Comme l’explique si bien Michaël Gaffuri, le chef du projet : « Le COE veut aider le gouvernement à porter un regard sur les détenus etles ex-détenus avec l’aidede l’agence Italienne au développement. Il s’agit donc pour le COE de faire le point sur ce qui a été fait jusqu’ici, mais aussi sur ce qui reste à faire afin d’améliorer les conditions de vie des couches les plus vulnérables, surtout en matière carcérale.»

L’organisation de ce colloque  avec des partenaires nationaux (Maison des Jeunes et des Cultures de Douala-MJC ; Centre d’Ecoute et de Documentation de Mbalmayo-CED ; Centre de Socialisation et d’Education des Enfants de Garoua – CSEE ; Maison des Jeunes et des Sports de Bafoussam – MJS ; Société Coopérative des Acteurs Sociaux de la Prison Principale de Mbalmayo, Société Coopérative Simplifiée – SOCASP – SZCOOPS ; Société Coopérative Simplifiée Le Bon Samaritain – SCOOPS – BONSA ; Société Coopérative Simplifiée des Acteurs Sociaux de la Prison Centrale de Douala – SOCSAS PCD) et les partenaires internationaux (IngegneriaSenzaFrontiere Milano –ISF MI ; Comune di Milano ; UniversitàCattolicadel Sacro Cuore ; Avvocato di StradaOnlus ; DIKE  Cooperativa per la mediazione dei conflitti) est un cadre de concertation avec tous les acteurs impliqués dans le respect et la promotion d’une société inclusive et la protection des droits, en particulier des droits des personnes détenues au Cameroun, et du renforcement de la société civile dans l’inclusion sociale et dans la protection et la promotion des droits des détenus et des ex-détenus au Cameroun. Afin d’atteindre ces objectifs, diverses catégories de responsables ont été conviés à ce colloque : Les responsables des pôles du projet « Regard au-delà de la Prison » ; les managers descoopératives partenaires du projet, les représentants des organisations internationales et des représentations diplomatiques, les représentants du Ministère de la Justice, de l’Administration pénitentiaire ;les représentants du monde académique ;les Journalistes et les associations.

Perspectives

La première année du projet a été assez bonne ; les premiers résultats sont visibles même s’ils ne sont pas tout de suite flambants après juste 1 an. Ses actions sont menées dans les axes majeures du projet. L’accompagnement à la réinsertion sociale est fait et tend à être prolonger de façon pérenne dans les prisons choisies : Mbalmayo, Douala, Yaoundé, Garoua. Il s’agit donc pour le COE de faire une large promotion de ce qui est fait et ce qui reste à faire. Il est donc plus que clair maintenant que le COE ne pense pas s’arrêter en sibon chemin avant d’avoir fait des droits des détenus et ex-détenus, une réalité perceptible par tous.

Guy Maxime Banyolak

 

 

A propos de Léonard Fandja 325 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
9 + 21 =