Journée folle à Sangmelima

La ville de Sangmelima a vécu une journée de violences et de troubles à l’ordre public hier 09 octobre 2019.

La découverte dans le village Nyazanga du corps sans vie et en état de putréfaction avancée d’Assam Bélinga Benjamin Junior âgé de 27 ans, Moto-taximan dans ville de Sangmelima, a plongé la population de la ville dans l’émoi. Les autorités ont aussitôt ordonné son inhumation immédiate. La découverte de la moto du défunt entre les mains d’un certain Amidou Djoutamboui à l’avenue An 2000, a suscité une colère telle que les jeunes originaires (autochtones ) de la ville de Sangmelima, comme s’ils attendaient la moindre occasion, en ont profité pour plonger la ville dans une situation qui a créé les émeutes, les opposant d’abord aux Bamouns et ensuite aux ressortissants de la Région de l’Ouest en général. Des recoupements faits au moment des faits, il ressort que les magasins et les domiciles de certains ont été vandalisés, l’atteinte à l’intégrité physique, ajouté au vacarme causé par ces incidents, ont amené des familles à s’enfermer à l’intérieur de leurs maisons, en l’absence d’autres qui étaient soit injoignables, soit à l’école. La peur dans le ventre d’autres envoyaient les images du conflit sur les réseaux sociaux avec ce que cela comporte comme risque, notamment, rendre plus difficile le travail des autorités qui indubitablement en pareilles circonstances recherchent les voies et moyens de ramener le calme.

L’auteur présumé du crime

D’apres la note du Préfet du Dja et Lobo Monsieur Koulbout Aman David, une personne du nom de Mefoua Wilfried, âgé de 21 ans a été surpris au marché de Sangmelima en possession du téléphone, casquette et babouches de la victime. En plus, il serait un beau-frère de la famille du défunt Assam Bélinga Benjamin Junior à qui d’ailleurs il avait promis de faire la peau. Le Prefet a du faire connaître cette information au grand public en même temps que le déploiement des forces de l’ordre sur le terrain pour ramener le calme.

Interpellation des autorités

Les événements de la ville de Sangmelima se situe à la sortie du Grand Dialogue National qui a suscité une nouvelle espérance de paix, de la cohésion sociale. L’expression « vivre ensemble » étant à La mode. Les autorités administratives,traditionnelles, religieuses et autres leaders d’opinion sont mis dos au mur. Elles doivent comprendre la nécessité d’être proactif, c’est-à-dire anticiper pour éviter ces genres de situations regrettables. En termes de bilan les officiels parlent de blessés et pertes matérielles importantes. Comme dit cet adage : « La paix n’a pas de prix. « 

A propos de Léonard Fandja 406 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
42 ⁄ 21 =