Dédicace : Le sort du migrant une fois de plus déploré

Dédicace : Le sort du migrant une fois de plus déploré

La cérémonie de dédicace du livre « L’enfant migrant » de l’écrivain camerounais David Essome a eu lieu le samedi 08 septembre à Rabat.

Le sort des enfants qui quittent leurs pays au risque de leur vie pour la recherche d’un mieux être en Occident ne cesse d’inspirer les auteurs africains. Fabien Yene dans « Migrant au pied du mur » et Martin Désiré Ngoumou avec « Que vaut la vie d’un aventurier ? » sont certains parmi les camerounais qui comme David Essome ont été inspiré par ce drame qui décime la jeunesse africaine en quête d’une vie décente.

La salle de la plate-forme d’associations des migrants sub-sahariens à Rabat, située au quartier Agdal pour ceux qui connaissent la ville, a accueilli dans l’après-midi du samedi 08 septembre 2018 entre 15 et 18 heures  du beau monde, venu prendre part à la cérémonie de dédicace du livre « L’enfant migrant » de l’Ecrivain camerounais David Essomé, vivant au Maroc, dans la ville de Tetouan. Un Représentant du Conseil National du Droit de l’Homme Marocain (CNDH) était présent, ainsi que le Président du FUMAS, une organisation qui est une sorte d’Observatoire des Fora sociaux au Royaume Chérifien.

Le sort des enfants migrants

David Essome a choisi d’affronter cette traversée périlleuse par son stylo, et « L’Enfant migrant » en est une parfaite illustration. Car comme beaucoup d’autres auteurs, le camerounais déplore le sort réservé à cette jeunesse désemparée, sans espoir d’un lendemain meilleur, dévoyée parfois par les pouvoirs publics de leurs pays dont les vies s’arrêtent dans la mer ou sur les grilles barbelées construites pour empêcher l’entrée de ces enfants, sur le territoire de ceux qui s’engraissent sans entrave sur leur continent : «  Pendant que certains  de mes frères et sœurs se lancent à l’assaut de la barrière mortifère qui sépare mon riche continent a celui de l’Europe, je tire mon inspiration sur tout cette tragédie qui met mon continent en péril de jour en jour, pour conseiller à ma manière cette jeunesse africaine. » Ce livre est d’autant plus d’actualité qu’il y a une semaine deux sœurs de nationalité congolaise ont péri dans la Méditerranée lors de la traversée vers l’Europe.
L’œuvre de Davide Essome en blanc et noir a été réalisé par une Maison d’Edition basée en Belgique : Nacelle Editions. Elle a été rédigée dans un style simple, accessible à tous et dont la thématique se rapporte à l’aventure. Cette aventure périlleuse qu’il s’efforce à présenter à ses lecteurs.

John Hassan Yamcheu à Rabat

A propos de Léonard Fandja 151 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

2 Comments

  1. Bonjour,
    Bravo pour votre article !
    Je me permets toutefois de vous faire remarquer que le livre s’intitule « L’enfant clandestin » et non « L’enfant migrant »…
    Bonne continuation !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
27 − 19 =