Caravane des chefs traditionnels pour la paix et l’unité

Caravane des chefs traditionnels pour la paix et le vivre ensemble : L’Est entier dit oui à la paix et à l’unité
La caravane des chefs traditionnels pour la paix et le vivre ensemble menée par les gardiens de la tradition continue inexorablement son chemin sans peur ni frayeur, mais avec force, courage et détermination, et surtout avec une confiance absolue en un retour très prochain de la paix sans condition. Cette paix qui est un gage de notre développement commun et individuel. C’est fort de cette conviction que le bus de la caravane pour la paix va garer à 12 heures dans la ville de Bertoua, chef-lieu de la région de l’Est ce 12 août 2019. Rappelons que pour cette 2ème étape, les membres de la coordination ne sont pas les même que lors de la première dans le Littoral. On note la présence du Docteur Essoa chef supérieur de Batchenga, lieu de naissance de la caravane, de Sa Majesté Fon Ju Wilson, Fon de Koshia, Wum dans le Nord-ouest Cameroun et de bien d’autres venus pour la plupart du Littoral. Pour cette étape, Chief Tanyi Robinson de Mamfe dans le Sud-ouest sera le Commandant de bord. Après avoir pris ses quartiers dans un hôtel de la place, l’équipe de la coordination rencontrera ce même mardi 12 août à 14 heures ,le point focal de la région de l ‘Est Sa Majesté Fouda (chef de Mboma et Maire de la Commune de Mboma) qui fera office de guide. L’équipe de coordination sera conduite chez le Gouverneur de la Région de l’Est qui dira toute son admiration personnelle, mais aussi toute l’admiration de son équipe à cette caravane « Nous sommes très heureux de vous accueillir ici chez nous dans la Région de l’Est. Sachez que nous sommes prêts à vous accompagner dans votre mission de reconquête de la paix et du renforcement du vivre ensemble national. » Après cette étape du Gouverneur, l’équipe de coordination se rendra sous la conduite du point focal chez Sa Majesté, Chef supérieur de Baya et Président du Comité d’organisation de cette 2ème étape de l’Est qui ouvrira les portes de son Palais Royal qui sera par ailleurs le lieu où se déroulera le rite pour un retour à la paix et le renforcement du vivre ensemble. A la fin de cette réunion de concertation qui aura permis à Sa Majesté Mbassi Parfait de clarifier les raisons de la caravane et d’expliquer son fonctionnement et son évolution. Rendu à ce niveau ces rites se feront dans la case sacrée du Palais royal dans la stricte intimité et à une heure qui ne nous sera pas communiquée. A la fin de cette réunion de mise au point qui s’achèvera par un repas, l’équipe de coordination aura une dernière réunion de concertation à 21 heures et 30 minutes afin de peaufiner les derniers réglages.

Avec les autorités administratives

La cérémonie 

La cérémonie officielle du 14 août débute par un rassemblement général au Palais royal Baya où une visite guidée des cases des rites est organisée par le Chef supérieur Baya. Ensuite suivra des offrandes et la communion des chefs traditionnels de l’Est et les membres de la coordination nationale. Pas moins de 500 chefs traditionnels sont venus de toutes les unités administratives de l’Est qui, comme un seul homme ont réitéré que le Cameroun est un et indivisible, avant d’entamer la procession des chefs du sanctuaire de l’ancêtre, Roi Mbartoua (Fondateur de la ville de Bertoua),jusqu’à la place des fêtes de la ville, accompagnés par une foule de près de 850 personnes. C’est environ 857 personnes qui viendront assister à cette cérémonie d’un autre genre, mais surtout qui viendront pour dire « Oui ! Oui ! Oui ! Nous voulons la paix, nous voulons vivre ensemble et tranquilles. Une fois l’hymne national exécuté, le point focal, Sa Majesté Fouda prendra la parole sous la conduite du protocole pour remercier toutes les forces vives et tous ceux qui ont contribués à la réussite de cette cérémonie d’un autre genre. A sa suite, Sa Majesté Mbassi, le Coordonateur national de la caravane pour la paix et le vivre ensemble viendra faire la genèse de cette caravane et rappeler le message sacré de celle-ci : elle prend naissance le 22 juin à Batchenga, et aussi rappeler pourquoi Douala : « Douala, porte d’entrée du Cameroun, Douala, sol où s’est joué le destin du Cameroun, ville historique et pleine de significations pour tous les Camerounais. Les chefs traditionnels ont décidé en tant que Garants de nos traditions, de prendre leurs responsabilités ; c’est pourquoi, à tous nos enfants, nous disons stop ! Trop de sang a coulé ! Non à la souffrance de nos populations ! Non au tribalisme et à la haine ! Non à la conquête et à la conservation du pouvoir par la violence ! Stop à la destruction des familles et des destins ! Figurez-vous, ce sont nos enfants, qu’ils soient chrétiens ou musulmans ; animistes du Nord, de l’Est, du Littoral, de l’Adamaoua, du Nord-ouest, du Sud-ouest ou du Sud, ce sont nos enfants ; c’a trop duré et ça doit s’arrêter. Nous rappelons et recommandons aux politiques de débattre sans combattre, de protéger les populations qu’ils prétendent tant aimer. La paix n’est pas une affaire de parti politique, ni de groupe religieux. C’est une exigence individuelle et collective ; nous devons la préserver ensemble pour la transmettre à nos enfants. » Suivra un intermède musical avec Tobias qui dans une mélodie digne d’un patriote viendra rappeler la nécessité de la paix et de l’unité pour tous. Suivra ensuite en guise de clôture de la cérémonie pour l’étape de Bertoua : la remise du vase et du message sacré des ancêtres au Coordonnateur National par Sa Majesté le Chef supérieur Baya. Après la Région de l’Est, la caravane se rendra à l’Ouest du Cameroun où 3 527 chefs sont attendus du 16 au 17 août courant.
Guy Maxime Banyolak

A propos de Léonard Fandja 356 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
30 ⁄ 15 =