Caravane des autorités traditionnelles pour la paix et le vivre ensemble : La 6ème étape de Bamenda

Les autorités traditionnelles ont poursuivi leur caravane pour la paix et le vivre ensemble à Bamenda les 27 et 28 septembre 2019.

            La paix n’est pas un acquis définitif et statique, mais une quête permanente et dynamique qui nécessite l’apport et la participation de tous les citoyens. C’est dans la quête ou la reconquête de celle-ci que les chefs traditionnels garant des coutumes et tradition se sont rendus dans la ville Cameroun en miniature : Bamenda, chef-lieu de la Région du Nord-ouest.

            Arrivés dans la ville autour de 18 heures 30 minutes, les membres de la caravane venus des chefferies traditionnelles du Cameroun, vont rencontrer leurs homologues du nord-ouest avec à leur tête Fon Ju Wilson, chef de Koshin-Wum, Menchum Division, et point focal de cette caravane dans le Nord-ouest. Cette étape, aux yeux de moult observateurs se décline comme étant l’étape phare de la caravane de la paix et du vivre ensemble du Cameroun. Les  chefs des neuf autres régions ont tenu à se joindre à leurs homologues du Nord-ouest pour lancer un appel à la paix et au dialogue à leurs enfants qui ont pris les armes contre la Patrie. Vers 19 heures, les membres de la caravane sous la conduite de Sa Majesté Mbassi Parfait, Coordonnateur national vont rencontrer le Gouverneur de la Région du Nord-ouest Adolphe Lele Lafrique qui va se dire très ravi de recevoir les Gardiens de la traditions « Dear Members of the National traditionnal Rulers’ rally for peace and living together, you are welcome here. As Head of State Representative here, I’m very happy to receive you here. » dixit Lele Lafrique. Il va tout de même regretter le fait que certains cessesionistes n’ont pas accepté de prendre part au grand dialogue national. Doit-on le rappeler ? La paix n’a pas de prix ; elle ne porte ni le nom d’un parti politique, ni d’une ethnie. La paix est universelle et elle doit être encadrée et protégée. Cette 6ème étape a été l’une des plus marquantes depuis le début  de cette caravane avec près de 250 chefs venus de toutes les régions du Cameroun, et qui auront  bravé la peur et les appréhensions pour se rendre dans cette magnifique région montagneuse considérée à tord par certains comme un zone interdite. Les pères de notre culture ont tenu à se frotter à la réalité du terrain afin de signifier à leurs enfants qu’ils ne sont pas seuls : « Trop de sang a coulé ; trop de vie a été fauché inutilement ; il est temps que tout cela cesse. » Nous le rappelle le point focal Fon Ju wilsons lors de son introductif à la cérémonie de pacification de la région du Nord-ouest. La cérémonie  de pacification aura été marquée par le témoignage de deux anciens combattants séparatistes qui ont demandé pardon à leurs pères et à toute la nation pour le tord qu’ils ont causé à leurs concitoyens en prenant les armes contre la patrie, avant de lancer un vibrant appel à leurs frères de sortir des forêts et de revenir à la raison. Il est temps de déposer les armes. « Il est temps  de déposer les armes et de revenir à la patrie. » Dixit Sa Majesté Mbassi Parfait. Il ne reste qu’à espérer que cet appel des autorités traditionnelles lancé à la veille du début du grand dialogue national trouve un écho favorable pour que la paix revienne et que les citoyens puissent se déplacer en toute sérénité  sur l’ensemble de la Région.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
20 ⁄ 5 =