Activités d’exploitation forestière illégale : Des cas signalés dans le département de l’Océan

Activités d’exploitation forestière illégale : Des cas signalés dans le département de l’Océan

La nécessité de la transparence dans les activités d’exploitation forestière est impérative !

Depuis des décennies, les activités d’exploitation forestière illégale sont observées régulièrement dans les régions à forte potentialité forestière. Des cas d’activités d’exploitation forestière présumées illégales ont été observées récemment dans la vente de Coupe (VC) 0903451 situé dans le village Bifa’a et environs dans l’arrondissement de Nieté, département de l’Océan dans la Région du Sud. Ce cas amène le citoyen à se poser la question de savoir pourquoi la récurrence de ces cas est observée ? Le gouvernement Camerounais progresse-t-il dans ce domaine ? Le moins que l’on puisse dire est qu’en 2003 certains Experts relevaient déjà la nécessité de transparence dans cette branche d’activité. Comme l’exploitation minière, l’exploitation forestière exige une grande transparence. Les services de contrôle du Ministère de la Forêt et de la Faune ont l’obligation de briller par une telle transparence. A moins que le budget alloués à cette activité de contrôle soit régulièrement et systématiquement détourné, la corruption étant une des choses les plus partagées dans ce département ministériel semble-t-il. Cette exigence de transparence concerne les activités de planification, de l’exécution, d’accès aux données cartographiques et surtout, l’attribution des titres d’exploitation qui est le véritable talon d’Achille dans ce ministère. La délivrance et l’enregistrement des autorisations spéciales « d’enlèvement de bois » a fini par érodé et affaibli les enquêtes. Même l’exploitation illégale des forêts communautaires par des « tiers » constitue une des infractions contre lesquelles le gouvernement devrait sévir pour que, rendu à 2019, l’on ne soit plus confronté aux mêmes problèmes. Cela démontre que les gouvernants ne se limitent qu’aux discours, laissant libre cour à la faiblesse dans l’application de la loi sur l’exploitation forestière, cheval de troie de la corruption dans le pays de Jules Doret Ndongo. En 2011, après l’élection présidentielle et la formation du nouveau gouvernement, le Chef de l’Etat Paul Biya déclarait : « Votre nomination est la reconnaissance de votre compétence et de votre intégrité et cela appelle à un dévouement total de votre part. » Peut-on le confirmer au regard des resultats actuels sur tous les plans ? That’s the question.

Léonard Fandja                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

A propos de Léonard Fandja 356 Articles
Journal panafricain bilingue d'informations générales authentiques et favorables à l'émergence de l'Afrique. Notre slogan : " La version décolonisée de l'information." Organe de presse cybernétique basé à Yaoundé dans le 2e Arrondissement, Avenue John Ngu Foncha, rue 2391 - 155 ; face la maison du parti à Nkomkana.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
3 + 24 =